Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 septembre 2010 4 16 /09 /septembre /2010 17:34

P1030619 [1600x1200]

 

 

Salut à tous,

Voilà, c’était ma dernière semaine en Argentine : demain, je trace ma route en Bolivie. Alors, pour clore ce séjour argentin, je voulais du grand, du beau, quelque chose qui me fasse dire au revoir dignement à ce pays que j’ai aimé. Mais j’y reviendrai en conclusion!!!

Après cette étape à Purmamarca qui m’a transcendé, j’ai filé directement sur Tilcara, un petit village qui a vu sa population augmenter de 100 % en environ 3 ans (de 5 000 à 10 000 habitants). Bien sûr, cette croissance est essentiellement due à l’afflux touristique. Du coup, y a plus de touristes et de commerçants et hôteliers venant de Buenos et de Cordoba que de locaux. Même sur la place du marché artisanal, où on peut compter une trentaine d’échoppes, il y en a peut-être 5 qui vendent des produits locaux !!! Bon, quand je vois ça, je me renseigne rapidement auprès de l’office du tourisme pour me faire un planning rando. Oui, mais voilà, dans l’office du tourisme, y a aussi des agences privées. Du coup, les messages sont très clairs : pas possible de marcher ici sans guide, vous pouvez vous perdre, bla bla bla. Bon, qu’à cela ne tienne, je vais me perdre alors. Toutes façons, vues les environs, même si je me perds, ce ne sera que du plaisir. Sinon, y a des sites à voir ? Ouais, deux ou trois, mais faut payer pour l’accès. Ah OK, on privatise la nature maintenant, même ici !!! J’ai l’insulte au bord des lèvres. Mais bon, je me calme, ils n’y sont pour rien ici !!! Tout ça parce que le site est classé au patrimoine de l’humanité. Ils nous font vraiment chier !!! Du coup, je vais marcher jusqu’à l’entrée des sites, mais je vais pas rentrer sur les sites et je vais continuer sur le chemin pour vagabonder au milieu des cactus et des paysages non classés, mais tout aussi classe !!! Bonne journée, vraiment, dans ce décor de malade encore une fois. Surtout que je croise Sarah et Michaël, deux belges (mais y a que des belges ici, ou quoi ?) qui arrivent directement de la Bolivie et du Pérou. Echanges de bons plans : plongée baleine contre trek au Pérou direction le Macchu Picchu. Ca promet !!! Suerte amigo, et on se tient au jus. Passez bien le bonjour à Goos de ma part et je vous contacte dès que je suis au Pérou pour préciser l’itinéraire du trek !!! A part ça, Tilcara, c’est aussi  une Pucara, une ancienne cité rénovée de l’époque pré-colombienne, construite avant l’invasion des Incas, mais influencée par eux en fin de vie. Ces édifices sont magnifiques surtout quand tu prends en compte le paysage derrière. Bon, mais faut payer pour entrer. OK, je donne !!!

 Tilcara, c’est aussi une communauté pseudo-hippie.  Ici,  tu peux rester vivre, si tu veux !!! Je peux travailler pour vous dans l’hôtel ? Bah ouais, vas-y, fais les lits, nettoie les chambres et puis tu restes ici gratos et on te file à bouffer !!! Cool ? Ouais, mais très peu pour moi !!! Je ne sens pas l’authenticité hippie ici. C’est juste pour passer un peu de bon temps, OK !!! Mais, question philosophie, c’est très rase-moquette !!! Je pensais pouvoir avoir des discussions intéressantes, même si je ne suis pas d’accord à 100 %. C’est un style de vie que j’arrive à concevoir, même si c’est trop mou pour moi ! Sauf que là, y a pas de consistance, y a pas de fondement ! Bof, si ça leur plaît, y pas de raison de ne pas le faire !!!

Enfin, Tilcara, c’est aussi beaucoup de musées. Et comme je voulais savoir l’inspiration que les peintres locaux pouvaient tirer des paysages environnants, bah, je rentre dans un musée qui présente plus de 200 toiles. Rien de transcendant !!! Je ne comprends pas bien. On retrouve les couleurs, ça, oui, mais pour ce qui est de l’art, de la créativité et surtout de la beauté des tableaux, je suis vraiment déçu !!! Pas de photos, bien sûr !!!

La soirée va se déroulait dans une Peña locale. Une sorte de bal populaire, avec musicos locaux, flûte de pan, guitare, tambourins et chants. Les gens ici viennent passer la soirée à danser des danses que je ne saurai citer. Enfin, tout est dans la séduction, c’est propre à l’Argentine ça !!! J’étais avec Rafa un uruguayen qui bosse à Buenos Aires, technico commercial en quelque sorte. Bons moments de discussion sur les conditions de vie argentines notamment. Je suis toujours mal à l’aise avec ces propos parce qu’on est vraiment bien loti en France, faut dire ce qui est. Y a pas à se plaindre. Alors, dès qu’on parle salaire, congés, possibilités de voyager, et tout, bah y a pas photos. On a de la chance et c’est tout !

 

 

P1030454--1600x1200-.jpg

 

 

P1030458 [1600x1200]

 

 

P1030462 [1600x1200]

 

 

P1030476 [1600x1200]

 

 

P1030496 [1600x1200]

 

 

P1030497 [1600x1200]

 

 

P1030499 [1600x1200]

 

 

P1030502 [1600x1200]

 

 

P1030505 [1600x1200]

Le retour du lama!!! Pas de chemise blanche! 

 

P1030514 [1600x1200]

 

 

P1030520 [1600x1200]

 

 

P1030524 [1600x1200]

Retour aux cités d'or!!! 

 

Désolé pour ce cher Fernando que j’avais croisé dans le bus et qui me proposait une ballade à cheval, mais je vais pas m’attarder ici. Je trace direct sur Humahuaca. (bordel, la frontière bolivienne n’est plus qu’à 200 km !!!). Et là, c’est la fin de la Québrada et y a 10 000 habitants dans le village, mais que des locaux !!! Y a un ou deux bus qui viennent ici chaque jour, remplis de touristes, essentiellement argentins,  pour assister à l’exhibition d’un moine franciscain sur la façade de l’église. Chaque jour, à midi, un peu comme une horloge à coucou, une porte s’ouvre et le franciscain apparaît à la population. Je me suis retrouvé au milieu de tout ce monde. Je pensais vraiment qu’il y avait un évènement type festival ou je sais pas trop !!! Tout le monde avec son caméscope et moi, comme un con, au milieu de tout ça, à attendre je ne sais même pas quoi, une clope au bec !!! Quand midi sonne, je comprends et je me casse direct. Autre chose à faire dans les montagnes environnantes. Encore trois heures de marche qui vont me procurer toute la joie et l’énergie que ce voyage m’avait promis. Je me sens libre d’une force en ce moment !!! Je vais pas poser de mots sur cette sensation parce que ça fait peur, à moi, ça me fait peur en tout cas. Comme si, après 11 mois de trip, mes sensations s’ouvraient complètement. Ca y est je suis dans l’état d’esprit que je voulais. Etat naturel, débranché complètement, mais vraiment complètement de tout matérialisme !!! Wouah !!! Je souhaite à tout le monde de vivre ça et je vous assure qu’on voit la vie autrement. Enfin, c’est ce qui se passe dans ma tête. J’ai peur au retour, ça c’est sûr !!! Faudra prendre votre temps avec moi amigos, parce que je vais pas être instantanément parmi vous et ce ne sera pas de l’indifférence, non, ce sera de l’atterrissage, quelque chose comme ça !!! Le soir, à l’hôtel, je croise Ash, un néo-zélandais bloqué ici, en attente de son appareil photo qui doit arriver par la Poste. A Humahuaca !!! Je lui souhaite plein de courage et surtout plein de patience !!! Et puis, Sen, encore une belge, mais où suis-je ? Sen, avec qui je vais descendre une bouteille de Malbec de Mendoza, fucking Mendoza. I really hate this city !!! Bon, le vin est bon, je vais pas dire le contraire. Discussion voyage, voyage. Que du bonheur !!!

 

 

P1030534 [1600x1200]

 

 

P1030535 [1600x1200]

 

 

P1030539 [1600x1200]

 

 

P1030543 [1600x1200]

Petit hôtel à Humahuaca, avant son gardien de portail, adorable! Bon, j'ai eu quelques petits démêlés avec les chiens ici, première fois en Argentine !!!

 

Le lendemain, je décolle pour Iruya, un tout tout petit village au milieu des montagnes, accessible en bus (3 h de routes pour 70 km, sur des chemins de cailloux complètement défoncés, et un col à 4000 m). Et ouais, dans ces contrées, les altitudes, sont jamais en dessous de 2 700 m, une sorte d’adaptation progressive à l’entrée en Bolivie et au Sud Lipez qui va me faire vivre une bonne dizaine de jours au-dessus de 3 500 m !!! Là, je fais la route avec Julie et Matthieu, deux français, d’Aix en Provence, complètement accroc au tango. Cool, on va passer pas mal de temps ensemble à Iruya. Je ne fais rien paraître, mais j’ai besoin de ça en ce moment. Je sais pas, le fait de quitter l’Argentine, j’ai l’impression que ça me coûte et puis, tout n’est pas réparé…  Bref, on va discuter un peu de la France et de ce qui s’y trame en ce moment. Oh les grands, ça a pas l’air bien glorieux !!! Qu’est ce qui se passe : vous vous laissez endormir ou quoi ? Balancer votre télé par la fenêtre, vous verrez, ça ira mieux !!! Enfin, moi je dis ça, je vais le prendre en pleine tronche au retour !!! C’est possible que je casse le bus de Roissy et le chauffeur avec si ça me chauffe trop. Non, le mieux, c’est que quelqu’un vienne me chercher à l’aéroport, ce serait plus sage !!! Revenons à Iruya. Village extraordinaire. Que des villageois qui parlent un espagnol dont je ne pane pas un mot. Et puis, les bonjours sont plus discrets, plus timides. Un peu comme si ils avaient un sentiment d’infériorité, ou je sais pas trop quoi. Mais quand tu commences à honorer leur terre, à grimper bien haut, à essayer de discuter, alors, la porte s’ouvre doucement. Je pense que ces gens voient l’arrivée progressive des touristes, l’édification de plus en plus d’hôtels. Mais ils veulent encore vivre ce qu’ils ont toujours vécu. Ils ne veulent rien changer. Ils veulent éduquer leurs enfants comme ils ont appris à vivre depuis toujours. Pas facile, dans ma tête c’est le bordel, parce que j’ai envie de voir ça, mais je participe au changement des habitudes, des mentalités, juste en venant ici ! Et puis, les cheveux longs, ici, c’est pas très courant. Alors je dois casser la glace et ça prend du temps ! Mais j’ai le temps !!! Je pense à ce papy que j’ai collé pendant une demie-heure ce matin. Je voulais grimper et tout le monde disait que c’est impossible, bla bla bla. Trop dur, trop long, possibilité de se perdre encore une fois. Bah, je sais pas quoi, mes parents m’ont donné des jambes, non ? Suffit juste de poser un pied devant l’autre !!! Bref, après quelques phrases échangées, il finit par me dire de le suivre jusque chez lui (il a ses deux petites filles avec lui, une dans chaque main) et ensuite, il m’indiquera le chemin ! C’est parfait. Ce genre de rencontre finit souvent par une étreinte, quelque chose de magique et ça fait toujours son effet !!! Donc, une fois que je connais le chemin, c’est parti pour 2 ou 3 heures de marche. Et là, c’est pas super simple, c’est même plutôt physique. J’en chie mais, je sais pas d’où ça vient, je lâche rien et je grimpe, je grimpe. Les photos prises de là-haut valent chères, ça c’est sûr, en litres de sueur en tout cas !!! Je croyais rencontrer Julie et Matthieu qu’étaient partis une demi-heure avant moi. Mais bon, faut dire ce qui est, hein les amis, vous avez fait vos feignants !!! Vous avez bien raison, c’est les vacances après tout et je pense que vous avez déjà bien enflammé les pistes de tango avant ça, alors un peu de repos est bien mérité. Quoi qu’il en soit, je vous embrasse et je vous souhaite un bon retour en France !!! Et laissez vous aller à la plongée, je paie mon resto si c’est pas à la hauteur des discussions qu’on a eues !!! Suerte amigos, hasta luego ! Iruya restera un souvenir gravé dans mon cerveau si je considère la beauté des lieux, l’isolement du village qui m’offrent une bouffée d’oxygène. Si j’avais un peu de temps, je serais resté plus longtemps ici, mais la route m’appelle et elle commence à gueuler maintenant parce que je dois me barrer de l’Argentine. Je dois passer la frontière bolivienne !!!

 

 

P1030544 [1600x1200]

  Là, on est à 4 000 m et y a pas une trace de neige, c'est sec de chez sec!!!

 

P1030555 [1600x1200]

 

 

P1030563 [1600x1200]

 

 

P1030564 [1600x1200]

Je crois que j'ai pas la bouche assez souple pour faire correspondre mon sourire à ma joie!!! En plus, j'ai les lèvres gercées!!! 

 

P1030569 [1600x1200]

 

 

P1030579 [1600x1200]

 

 

P1030591 [1600x1200]

Chinon Valley International Corporation, toujours présent, même au milieu de nulle part!!! Petit souvenir du marché médiéval! Il manquait les palets!!! 

 

P1030596 [1600x1200]

Mon petit papy avec ses deux adorables petites filles! Tranche de vie, séquence émotion!!! Tous les matins, il descend au coeur du village acheter sa viande!!! C'est raide, vraiment raide et il doit avoir 70 ans. Ca l'occupe une bonne partie de chaque matinée! 

 

P1030597 [1600x1200]

 

 

P1030605 [1600x1200]

  Pfou!!! Plein la tête, plein les yeux, plein les oreilles!

 

P1030610 [1600x1200]

 

 

P1030614 [1600x1200]

 

 

P1030620 [1600x1200]

Allez, je la retape et j'en fais ma résidence secondaire. C'est pas beau ici? 

 

P1030625 [1600x1200]

 

 

P1030627 [1600x1200]

 

 

Pour conclure, je voulais dire que l’Argentine est un pays qui m’aura ouvert le cœur comme j’avais espérer que ce voyage le fasse. Elle m’a beaucoup donné, elle m’a pris énormément aussi. Mais la vie est un échange et il faut accepter de donner et de recevoir. L’un ne va pas sans l’autre, c’est sûr. En tout cas, moi, j’ai tous mes sens en éveil et je vous assure que je prends goût à ça. J’ai rarement touché « la vérité » d’aussi près. Et t’inquiète ptite Mum, je dis ça en pleine conscience, j’ai mes deux pieds bien sur terre, sur cette belle terre. Je suis pas en train de rêver, non, la réalité est ainsi, dure et magnifique !!! OK, je prends tout. Ca fait rire, ça fait crier, ça fait chanter, mais ça fait pleurer aussi de temps en temps. Enfin, ça te fait sentir vivant quoi !!! Tout ce que j’ai cultivé en France, mon éducation, ma culture, ma curiosité, ma sensibilité d’homme, mes convictions, mon abnégation, mon optimisme, tout ça prend forme en un tout ! Et c’est un sentiment que je n’avais  jamais senti aussi présent auparavant ! C’est tout bon pour moi et I don’t care what the World says !!! C’est pas facile de poser des mots en face du ressenti, je fais ce que je peux. J’espère juste que vous me comprenez encore parce que je suis en pleine transition. Je veux dire que je peux encore imaginer ce que vous ressentez en lisant ces phrases, mais le but de ce voyage, c’est de ne plus me soucier de votre ressenti. C’est juste laisser les mots couler de mon cerveau à mes doigts. Et ils courent en ce moment, sur ce clavier qui me relie à vous.

Et puis, l’Argentine est un pays latin ce qui sous-entend chaleureux. Le contact, physique je veux dire, est facile. Tout en accolades, en poignées de mains, le sens tactile qui me rapproche de cette culture !!! En comparaison avec l’Asie en général, je dirais que l’Argentine est un peu plus… mâture, c’est le mot qui me vient à l’esprit. Et puis, c’est plus que magnifique, alors venez y faire un tour, vraiment, c’est sans opposition possible !!!

Je vous embrasse tous bien fort et je vous souhaite plein de bonheur. Moi, bah, je pouvais pas espérer mieux. Je suis là, JE VIS et après, on verra. L’homme a une capacité d’adaptation insoupçonnable mais ce soir, j’ai jamais eu autant l’impression que mon retour en France est impossible. Mais je veux vous voir, je veux voir cette flamme dans vos yeux qui me fait vous aimer et qui me fait vous considérer encore plus important que tout ce que j’ai pu voir jusqu’ici ! Merci et on se voit autour d’un verre, prochainement. Mais attention, soyez prêt, parce que ça va être du niveau d’un enterrement de vie de garçon. Vous êtes prévenu, je vais arriver en force.

A tout l’heure.

P.S. : Merci à Coco et Zabelle pour Sylvain Tesson. Vous êtes des amours !!! Je vais entrer en Bolivie avec l’esprit libre et ouvert, et avec ces lignes qui vont prendre tout leur sens dans ces contrées poussièreuses. Back to the roots !!!

 

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2010 2 07 /09 /septembre /2010 23:53

P1030390 [1600x1200] 

 

Hola, que tal ?

Voilà, Mendoza, c’est fini et tout ce qui va avec. Il est temps de remettre les lunettes de soleil pour leur vraie utilité, il est temps de souffler sur les nuages, il est temps d’avancer et de s’émerveiller encore et encore, il est temps d’éclater cette bulle d’isolement et de s’ouvrir de nouveau à ce qui m’entoure. Il reste plus de 3 mois à ce voyage et je ne me sens jamais aussi bien que quand je dois remettre mon sac sur mon dos et partir vers d’autres destinations, pour d’autres surprises, d’autres joies, d’autres voyages. Enfin, cette vie que j’ai choisie de vivre en quittant la France quoi !!! Et puis, il est surtout temps de balayer ce dernier article qui avait toutes ses raisons d’être, il y a une semaine. Aujourd’hui, je reviens en force avec cette envie, cet instinct qui me poussent vers l’avant grâce à vos mails, à tous vos messages et grâce aussi à feu Mano Solo et son extraordinaire album « La Marche ». Muchas gratias amigos !!!

Me voici donc à Jujuy que je croyais être un petit village, mais qui en fait est une bonne ville de presque 300 000 habitants (faut dire que je n’ouvre plus trop le lonely planet dorénavant !!!). Petit temps d’adaptation, de repos, d’errance en ville. A l’hôtel, je rencontre Carl, un étudiant belge en ethnologie et Alex et Benoît, deux français avec qui on prévoit de partir au parc national Calilegua, dès le lendemain. Bref, deux jours à rien faire, exceptée cette petite soirée super sympa au théâtre. Une bande de musicos sud américains (à dominante cubains), les Amados, qui vont nous jouer des bons petits morceaux entrecoupés de tirades comiques. Bon, pour les tirades, je dois comprendre 30 % du contenu. Mais la gestuelle me fait bien rire, jusqu’au moment où le mec entre dans la foule et commence à poser des questions à chacun. Et merde !!! Je devais être à côté de Carl qui parle couramment, mais là, je suis seul à côté de Mimi et Hernando, un petit couple argentin très très sympa, mais qui sont tellement absorbés par le spectacle que je ne veux pas les interrompre. Bon, le gars passe à côté de moi et je lui balance tout le flux que j’ai à disposition pour qu’il dégage. Et… ça marche ! J’aurais pas eu l’air con de lui dire : disculpe amigo, pero no entiendo lo que me preguntas !!!

 

P1030311 [1600x1200]   Et ouais, maintenant, j'ai un black spot sur la lentille de mon appareil!!! Je ne le changerai pas pour ça, trop cher, faudra faire avec. C'est un peu la loose!!!

 

P1030313 [1600x1200]

 

 

Donc, le lendemain, direction le parc national Calilegua qui semble être un des parcs argentins le plus riche en biodiversité !!! Bon, je vais le voir ce jaguar ou quoi ??? Bah non ! Trop chaud, trop sec et si je veux voir ce genre de bestiole, je dois rester au moins deux jours dans le parc pour m’enfoncer un peu plus au cœur de la forêt et marcher aux aurores ou au crépuscule!!! Tant pis, je verrai ça en Bolivie, à Madidi NP, hum, c’est juste pour plus tard !!! Petite journée sympathique, à prendre quelques photos de fleurs, et de tétards. Quelques oiseaux, mais pas vraiment de quoi me satisfaire complètement. Surtout que je me fais complètement sucer le cou par les moustiques, les chacals !!! Ils ont du m’enlever tout mon mauvais sang, je ne peux pas leur en vouloir ! Mais ça reste des journées très sereines : je crois que la forêt est mon lieu de culte. C’est calme, silencieux, reposant ! T’oublies tout ici, à l’affût du moindre mouvement, du moindre bruit. Merci à Alex et Benoît d’avoir partagé cette journée !

 

 

P1030317 [1600x1200]

 

 

P1030325 [1600x1200] 

 

P1030333 [1600x1200]

 

 

P1030339 [1600x1200]

 

 

P1030341 [1600x1200]

 

 

P1030345 [1600x1200] 

 

P1030350 [1600x1200]

 

 

P1030320 [1600x1200]

 

 

Dernier jour sur Jujuy, je prends le collectivo en direction de Purmamarca. Et là, c’est l’apothéose !!! J’étais loin de m’imaginer que cette journée allait me redonner tout ce goût que j’ai de nouveau dans la bouche, cette envie d’avoir les 10 doigts plantés dans l’instant. Y a un soleil de plomb, un ciel bleu sans aucun nuage. Ca commence par la rencontre dans le bus de cette famille de Cordoba, Myriam, Elizabeth et Matthias qui mâchent leur coca, tout tranquillement, avec qui je vais passer le voyage à discuter de l’Argentine et de ce que j’y ai vu. C’est toujours incroyable, voire dérangeant de faire découvrir un pays à ses propres habitants. Mais ça me ramène au quotidien de ces gens fabuleusement gentils et qui n’auront sûrement jamais les moyens financiers de contempler leur pays autrement que par la télé ou les magazines… ou par les discussions avec les voyageurs !!!  C’est un vrai plaisir de voir leurs sourires et leurs dents pleines de coca à chaque anecdote. Suerte amigos. Me gusta Argentina ! On arrive à Purmamarca et je décide de prendre la route seul avec mon Ipod et ce cher Mano dans les oreilles donc. Cette musique tellement réussie artistiquement et textuellement qu’elle peut te plonger au plus profond du trou ou t’éjecter en plein ciel si tu sais prendre la vague ! Je déserte donc le cœur du petit village rempli de touristes et de boutiques-souvenirs. Et là, sous mes yeux, des couleurs incroyables, des cactus partout, des gens en méditation, des chevaux en pleine nature. Je me sens tout petit dans ce décor accueillant. Ce décor qui semble être comme une exposition de peinture. C’est bizarre que je n’ai pas entendu parler d’artistes peintres inspirés directement de ces paysages. Dans des tons complètement différents, la palette de couleurs est au moins aussi riche que celle que j’ai pue observer en Polynésie. Je vais me renseigner !!! Journée à marcher, à escalader, à arpenter les sentiers de crête, pas plus large que ma chaussure, parfois, avec plus de 100 m de vide de chaque côté et un petit vent en rafale qui te met le frisson. Bonheur ! J’ai pas vu de vie dans la vallée, à part peut-être quelques condors, mais ce qui est sûr, c’est qu’ils m’ont entendu chanter !!! Journée à marcher, donc, à transpirer. Je vais zapper les Salinas Grande, ce petit désert de sel, à 50 km de là, simplement parce que je sais que dans moins d’une semaine maintenant, je serai en Bolivie au beau milieu du Salar d’Uyuni, caray !!! Je laisse les photos pour illustrer mes propos !

 

 

P1030364 [1600x1200]

 

 

P1030366 [1600x1200]

 

 

P1030370 [1600x1200]

 

 

P1030374 [1600x1200] 

 

P1030378 [1600x1200]

 

 

P1030379 [1600x1200]

 

 

P1030386 [1600x1200]

 

 

P1030388 [1600x1200]

 

 

P1030408 [1600x1200]

 

 

P1030411 [1600x1200]

 

 

P1030418 [1600x1200]

 

 

 P1030420 [1600x1200]

 

 

P1030423 [1600x1200]  Wouah, ce petit sentier de crête : que du bonheur!!!

 

P1030426 [1600x1200]

 

 

P1030427 [1600x1200]

 

 

P1030434 [1600x1200]

 

 

 

P1030440 [1600x1200]

Venez vous asseoir à côté de moi, le monde est à nous!!! 

 

P1030445 [1600x1200] 

 

 

Quand je rentre, c’est décidé, demain  je me casse un peu plus au Nord. Donc, je fais mes sacs et vais finir mon séjour ici en compagnie de Carla, Karina, Noélia et Sébastian, devant quelques cervezas Norte négras et des pizzas maison ! Et c’est là que j’apprends de Sébastian (qui s’occupe de la gestion d’une forêt) que l’empreinte repérée dans El Rey (vous vous souvenez ?) n’était autre que celle d’un tapir !!! A rectifier donc, désolé !

Voilà, je suis dorénavant à Tilcara, autre petit village au cœur d’une magnifique québrada. Mêmes paysages, même décor que Purmamarca ou Cafayate. Je crois que ces couleurs vont me suivre jusqu’au Sud Lipez en Bolivie, pour ma plus grande joie. J’ai fait le trajet en bus aux côtés de Fernando, un ancien prof d’arts à l’université de Jujuy. Il a des chevaux !!! Il me propose de venir le voir demain pour discuter d’une éventuelle balade. A voir !!!

Sur ce, je vous laisse, merci encore pour votre soutien et votre réconfort, sincèrement. Ce qui suit n’est pas très gai, mais je voulais laisser un hommage à Claire sur ce blog. Une amie qui m’a conseillé, motivé et a toujours été présente pour moi, l’année précédent le voyage. Une de ces personnes de l’ombre qui vous laisse un souvenir éternel, mais qui nous a quittés un peu précipitamment, au beau milieu de ses rêves!!!

P.S. : y aurait pas une âme charitable qui voudrait m'envoyer quelques morceaux de "petit traité sur l'immensité du monde" de Sylvain Tesson, j'ai bien envie de lire quelques unes de ses lignes, gratias!

 

  

 

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2010 5 03 /09 /septembre /2010 23:15

P1030177 [1600x1200]

 

 

Salut à tous,

Cafayate, Cafayate. Quand j’entends ou je lis ce nom, j’ai du reggae plein la tête. Douceur de vivre, paysages magnifiques, mais vraiment, encore une destination argentine qui me fait scotcher ici !!!

J’en avais un peu marre de Salta et de la ville en général et je savais pouvoir trouver du bonheur pour mes yeux du côté de Cafayate. Et j’ai pas été déçu, mais alors pas du tout. Je commence par poser mes affaires à l’hôtel El Balcon, qui porte bien son nom, avec sa terrasse qui domine le village et qui m’offre une merveilleuse sur les montagnes environnantes. Faut dire que je sais déjà ce que je peux trouver dans le coin parce que le trajet en bus m’a fait découvrir une des plus belles route que j’ai jamais vue. Mais c’est pour un peu plus tard. D’entrée de jeu, je fais connaissance de Debby, une charmante belge, avec qui je vais déguster une première bonne bouteille de vin pour déjeuner. Puis, direction deux cascades, Rio Colorado, que la réceptionniste nous conseille. Seulement, on ne prend pas exactement le bon chemin et on se retrouve devant des peintures rupestres, vieilles (paraît-il de 3000 ans). Bon, moi, j’y crois pas trop : la peinture semble être la même qui a servi pour dessiner les flèches d’indication du site et les pierres s’effritent pas mal dans le coin !!! Bref, pas grave, on passe un moment sympa avec Auel qui nous explique la signification des peintures et surtout, je vois mes premiers vrais gros cactus. Bonne mise en jambes.

 

P1030039 [1600x1200]

 

Le lendemain, c’est parti pour une petite tournée de caves. Le vin est bon ici et puis ça faisait longtemps que j’avais pas fait ça. Bon, on ne peut pas se satisfaire des fonds de verre de dégustation (c’était très bon, mais y a un petit goût de « trop peu » à mon goût) alors on reprend une bouteille pour le soir !!! Journée, euh, sucrée… Délicieuse !!!

 

P1030043 [1600x1200]

 

P1030050 [1600x1200]

 

Le troisième jour, je me retrouve seul et je décide de faire les points particuliers de la Quebrada à pied. Donc, je prends un ticket de bus à destination des sites les plus éloignés de la ville (environ 45 km) et je reviendrai doucement à pied pour finir en stop. Sauf que je m’endors dans le bus et quand j’ouvre les yeux, bah, je suis à 85 km de Cafayate. Et merde. Stop, stop !!!  Je descends là. Mais c’est la pampa ? Bah ouais et alors, je vais pas retourner à Salta non plus. Alors je commence par du stop et je suis pris assez rapidement par Juan, un ancien militaire argentin qui connaît Marseille et Paris et qui me vante le physique et la prestance des femmes françaises !!! Mesdames, un vrai admirateur ! Une petite heure à parler espagnol, pas facile et j’arrive enfin devant les gorges du diable et l’amphithéâtre, deux sites de cette fabuleuse vallée. Le problème, c’est que j’ai perdu pas mal de temps et qu’il me reste beaucoup de choses à voir. Mais j’ai le temps, non ? Alors, c’est décidé, je reste encore demain et je fais l’autre partie de la vallée à pied !!! Je finis la route de la journée dans la voiture de Juan, jusque Cafayate. A l’hôtel, y a Steeve, un australien qui baroude depuis 10 mois, entre le Canada et le Chili. Bonne petite soirée : l’avenir sud américain me promet beaucoup. Mais comment je vais faire pour rentrer ? Faut pas trop me poser des questions qui fâchent en ce moment (content de rentrer ? bla bla bla !!!)  parce que, en toute honnêteté, quand je vois ce qui m’entoure ici, j’ose pas penser à décembre !!!

 

P1030064 [1600x1200]

 

P1030070 [1600x1200] 

P1030081 [1600x1200]

 

P1030106 [1600x1200]

 

P1030113 [1600x1200]

 

P1030117 [1600x1200]

 

P1030119 [1600x1200]

 

Quatrième et dernier jour, donc, je reprends le bus et je demande au chauffeur de s’arrêter au kilomètre 30 (c’est facile, y a des bornes sur le bord de la route). Mais je vois encore les sites passés et le bus qui continue !!! Mais c’est pas vrai. Je saute de mon siège et vais le voir. Oh pardon, j’ai oublié. Et allez, je vais faire 4 km gratuits. Mais je regrette vraiment rien. Cette vallée est juste un rêve. J’avais l’Ipod collé aux oreilles et fallait me voir chanter et danser au milieu de ces blocs de pierres magnifiques. Tout seul ici, QUEL PIED !!! Bon, j’ai fait plus de 20 km en comptant tous les chemins de traverse que j’ai dû prendre en direction des roches. Parce que le soleil n’a pas voulu montrer le bout de son nez, alors je devais me rapprocher des cailloux, sinon les photos auraient vraiment été minables. J’étais un peu dégoûté : les couleurs ne sont pas vraiment les mêmes sans soleil. Mais ça reste un site exceptionnel et une route fabuleuse. J’aimerais bien être chauffeur de bus dans le coin, moi !!! Enfin, je vous laisse découvrir tout ça en images. Je suis pas vraiment satisfait des photos, mais ça donne un bon aperçu du spectacle.

 

P1030129 [1600x1200]

 

P1030133 [1600x1200]

 

P1030137 [1600x1200]

 

P1030147 [1600x1200]

 

P1030158 [1600x1200]

 

P1030176 [1600x1200]

 

P1030188 [1600x1200]

 

P1030198 [1600x1200]

 

P1030201 [1600x1200]

 

P1030216 [1600x1200]

 

P1030243 [1600x1200]

 

P1030259 [1600x1200]

 

P1030290 [1600x1200]

 

P1030303 [1600x1200]

 

P1030305 [1600x1200]

 

P1030306 [1600x1200]

 

 

Voilà pour Cafayate. Dorénavant, je suis de nouveau à Mendoza !!! Ville que j’ai déjà visitée, mais y a pas que les paysages qui sont magnifiques en Argentine !!! Du coup, je viens scotcher un peu ici, pour prendre quelques cours d’espagnol intensifs, peut-être un peu de tango, si je peux, faire le tour de ce que je n’avais pas pu faire la dernière fois (l’Aconcagua, vous vous souvenez ?), encore une petite route des vins (je vais pas me priver non plus !!!)  et surtout pour me réchauffer le cœur.

J’en profite pour faire des gros bisous à Solène que j’ai croisée dans le bus entre Cafayate et Mendoza. Amuse-toi bien et laisse quelques nouvelles. Enjoy les plages du Brésil avant de retrouver Saint Malo. A un de ces quatre, sûrement !

A très bientôt.

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2010 4 02 /09 /septembre /2010 03:43

P1030001 [1600x1200]

 

Salut à tous,

Ca fait maintenant environ 5 jours que j’ai quitté Salta. Mais j’ai pas eu trop le temps de m’occuper de l’article. Faut dire que ma vie est très remplie en ce moment. Mais je vous raconterai ça dans le prochain article. Faut juste savoir que l’Argentine est EXTRAORDINAIRE et qu’elle m’offre absolument tout ce pour quoi j’ai entrepris ce voyage. A tel point que je vais encore revoir le planning je pense, si vous voyez ce que je veux dire !!!  Bon, on en reparle plus tard !!!

Salta était pour moi une étape de repos et de préparation pour la visite de la région Nord Ouest du pays. Donc, dodo, dodo, grasse mat, visite de la ville, un peu et deux ou trois activités, mais pas de quoi casser trois pattes à un canard !!!

Je commence par aller à San Lorenzo. L’office de tourisme local m’a promis une promenade formidable dans une quebrada, une ballade un bord d’un ruisseau en clair ! OK, je prends le collectivo qui coûte rien et c’est partie pour la ballade. Sauf que le ballade, bah, ça se limite à 3 km, avec un ruisseau limite sec et juste un point de vue en fin de marche. Mais, bon, la région est vraiment sèche et donc poussiéreuse. Du coup, le point de vue n’est pas vraiment à la hauteur. Faut dire que je suis plutôt difficile maintenant et surtout je deviens très exigeant avec l’Argentine qui peut faire beaucoup mieux, je le sais !!! Je laisse trois photos tout de même, mais c’est pas folichon ! Bon, ça me permet de rencontrer un couple de français (T shirt Ricard, je peux pas me tromper !!!) et deux australiennes. Ca tombe bien parce que je cherche des gens pour partir avec moi au Parc National El Rey dans deux jours. Mais tout le monde part le lendemain. Bredouille quoi !!!

 

P1020921 [1600x1200]

 

P1020924 [1600x1200]

 

P1020939 [1600x1200]

 

Le deuxième jour, montée en téléphérique au sommet du mont Bernardo pour une vue d’ensemble sur la ville. Bah ouais, c’est une ville quoi !!! Allez, encore quelques photos. Mais je suis jamais trop inspiré pour prendre des photos de villes. Je sais pas pourquoi. Peut-être simplement parce que je ne trouve pas ça beau !!! C’est mes yeux qui parlent, j’y peux rien !!!

 

P1020942 [1600x1200]

 

P1020945 [1600x1200]

P1020951 [1600x1200]

 

P1020953 [1600x1200] 

Le dernier jour, je pars seul dans le parc El Rey, à 200 km du centre de Salta. Je loue une voiture et c’est pas super facile, parce qu’à chaque fois que je dis au loueur que je pars pour El Rey, il me dit, non, non, c’est un 4x4 ou rien. Apparemment, les derniers 50 km sont plutôt hard core !!!  A base de traversées de guet et de grosses caillasses sur les chemins de terre. Mais bon, il sait pas lui, que je suis déjà allé quelques fois à la Ruelle en Mégane avec mon pistard préféré !!! Donc, je pars à l’administration des parcs nationaux pour être sûr des infos. Ils me disent que c’est faisable si on roule pas trop vite !!! Allez, un dernier loueur, Francesco, à qui j’explique ce que je veux faire. Que les tours organisés sont trop chers pour moi. Ca tombe bien, il adore les parcs et m’encourage à le faire un peu comme un éclaireur pour lui, pour son prochain week end !!! Et c’est parti. Sur la route, je prends un jeune autostoppeur tout bourré. Bon, je ne peux plus m’empêcher de m’arrêter maintenant : je me sers tellement de mon pouce que je peux comprendre la nécessité de prendre les gens au bord de la route. On parle deux ou trois phrases, mais ça s’arrête là parce qu’il finit par ronfler rapidement !!! Je le lâche au bord de la route quand j’arrive au fameux chemin. Apparemment, il a pas l’air si défoncé que ça (le chemin!!!). Mais bon, je reste calme : y a 50 km à faire là-dessus. Après une bonne dizaine de guets et quelques cailloux qui ont fini leur course dans le bas de caisse, j’arrive à l’entrée du parc. Là, le gardien saute presque de joie : je crois que je suis le seul ici. Y devait vraiment s’ennuyer. Donde puedo caminar y que puedo ber aqui por favor ? Il me propose 3 chemins différents, mais il me vend littéralement le plus long (15 km) parce qu’il y a une chute d’eau en fin de parcours. Par contre, il m’avertit que je vais être trempé jusqu’aux mollets. Et sinon, y a des animaux dangereux ? Non, non, quelques cochons sauvages, peut-être des tapirs, des oiseaux et quelques petits chats sauvages. Allez, c’est parti : encore 10 km en voiture dans le parc avant d’atteindre le départ des randos. Encore des guets à passer, mais plus profonds ceux-là !!! Enfin, j’arrive au début du sentier. Je descends et je me fais mon sandwich et j’entends des, comment dire, des hurlements quoi !!! C’est les cochons (des pécaris) : y sont là, en famille, et je les pertube, je crois. Mais quand j’avance vers eux : ils s’enfuient. Bon ça va, je peux continuer. Donc, je fais peut-être 5 km en pleine forêt, pas aussi dense que la jungle, mais bien sympa, avec des passages de guets dans tous les sens et quelques oiseaux aussi et notamment des toucans MAGNIFIQUES mais que je ne peux pas prendre en photo parce qu’ils me voient rapidement et se cassent aussitôt. J’ai bien les chaussures trempées comme prévu.  Fais chier, je voulais sortir ce soir à Salta (c’est samedi !!!) mais là, je peux faire une croix là-dessus (bah ouais, j’ai qu’une paire !!!). Donc, je suis au milieu de cette forêt dorénavant, seul toujours, et là, OH MY GOD, je vois une empreinte assez impressionnante. Là, je suis sûr que c’est un chat, mais sûrement pas un petit !!! Mais , il me reste 2 km avant d’atteindre la cascade. Alors, je vais flipper pendant tout ce temps-là. La cascade est magnifique. Je reste une petite demie-heure, une petite clope et je repars. Finalement, tout s’est bien passé mais je ne saurai pas à qui est cette empreinte parce que le guide n’est plus là. Tant pis, je rentre à Salta, avant la nuit. La voiture est nickel finalement. Je montre la photo de l’empreinte au loueur au cas où il saurait. Le diagnostic est clair : ça, c’est un puma !!!  Il devait être rassasié et endormi. Tant mieux pour moi. Très bonne journée dans l’ensemble entre la conduite fun et le trek un peu physique. Toute façon, je ne sors plus ce soir, alors dodo et demain, départ à 7 h pour Cafayate. Un petit village qui va me propulser dans un autre monde. Mais je vous parle de ça prochainement. 

 

P1020957 [1600x1200]

 

P1020959 [1600x1200]

 

 P1020970 [1600x1200]

 

P1020971 [1600x1200]

 

P1020975 [1600x1200]

Facile de comprendre que j'ai été parano et que je me suis senti observé tout le reste du trajet!!! 

 

P1020977 [1600x1200]

 

P1020986 [1600x1200]

 

P1020991 [1600x1200]

 

P1030011 [1600x1200]

 

P1030014 [1600x1200]

 

P1030018 [1600x1200]

 

P1030023 [1600x1200]

 

P1030029 [1600x1200]

 

A tout bientôt.

 

Partager cet article
Repost0
24 août 2010 2 24 /08 /août /2010 04:44

 

P1020860 [1600x1200]

 

 

Hola todos !!!

C’est pas sans difficulté que j’ai quitté la froide Patagonie !!! J’avais pris un billet d’avion El Calafate – Buenos Aires – Puerto Iguazu. Tout ça dans la même journée, départ de EL Calafate vers 11 h et arrivée à Iguazu vers 18 h. Planning parfait !!! Mais c’était sans compter avec la neige qui a commencé à tomber une demi-heure avant le décollage. Du coup, on a attendu deux petites heures à l’aéroport, le temps de faire connaissance avec Sébastian et Rocio, un couple d’espagnols. Enfin, le ciel s’éclaircit et j’ai un nouveau billet entre BA et Puerto Iguazu. La correspondance a l’air plus que chaude en terme de temps, mais peut-être qu’ils vont rattraper un peu de retard en vol !!! Sauf qu’on apprend au décollage que pour faire El Calafate – BA, on va faire un stop à Ushuaïa !!! Soient, environ 4 h 30 de vol à la place de 3 h. C’est sûr, je n’aurai pas mon vol pour Iguazu ce soir !!!  J’aurai au moins vu Ushuaia du ciel !!! Très joli. Bon, on s’active ? Finalement, en arrivant à BA, Aerolineas Argentina a prévu le coup et nous offre la nuit, le dîner et le ptit déj en ville. Le vol pour Iguazu est prévu pour le lendemain matin. Je crois que c’est une des nuits les plus confortables que j’ai eue depuis le début du voyage, en excluant Bangkok !!! Une grande chambre pour moi avec salle de bain privative et tout. Ca a du bon les retards d’avion !!! Soirée tranquille avec Hervé, un français qui vit à la Réunion.

Le lendemain, je retrouve Sébastian et Rocio à l’aéroport qui partent également à Iguazu dans le même avion que moi. On arrive à Iguazu vers 12 h. Je jette mes sacs dans mon dortoir (y a personne) et je prends direct un billet de van pour aller voir les fameuses chutes côté brésilien. Je vais passer l’après-midi à ouvrir grand mes yeux et mes oreilles (parce que ça fait un bruit extraordinaire !!!)  en compagnie de Nuño et Sarah, un jeune couple de portugais. Tout est parfait : j’avais prévu de rester un minimum de temps sur Iguazu parce qu’il n’y a que les chutes à voir et que c’est plein de touristes de partout. Aujourd’hui, mission accomplie, on a fait le Brésil. Demain, le côté argentin et avec un peu de chance, je prends le bus de 21 h pour Salta ! Soirée toute tranquille devant ma milanesa (steack de bœuf pané, spécialité d’ici) et ma petite Brahma, l’autre bière argentine. Lecture, organisation de mes prochaines semaines, au lit vers 22 h. Sauf que quand je rentre dans mon dortoir, y a des sacs. Et vers minuit, ça commence à piailler dans le couloir. Deux américaines qui rentrent en trombe dans la chambre, Arielle et Laureen, complètement saoules avec deux mecs qui tournent autour. Hey, we’re looking for you for hours. Absolutly wanted to know our roommate, bla bla bla. Bon, calmez-vous! Non, merci, je boirai pas de vodka maintenant, je suis couché. On discute un peu, je suis pas un sauvage non plus. Mais je sens que la nuit va être agitée dans le lit voisin du mien, si vous voyez ce que je veux dire. Finalement, les lumières s’éteignent et après 1 h 30 d’efforts totalement vains, le pauvre mec se casse, tout bredouille. Moi, j’ai pas pu dormir, mais j’ai quand même bien rigolé !!! J’ai bien demandé quelques explications aux filles le lendemain, mais je crois qu’elles ne se rappelaient plus de grand-chose !!!

 

P1020818 [1600x1200]

 

 

P1020827 [1600x1200]

 

 

P1020832 [1600x1200]

 

 

P1020835 [1600x1200]

 

 

P1020840 [1600x1200]

 

 

P1020845 [1600x1200]

 

 

P1020847 [1600x1200]

 

Donc, le lendemain, direction le centre de Puerto Iguazu pour réserver mes billets de bus. Je prends le collectivo, le bus « municipal ». Et je demande au chauffeur « Quiero ir al terminal de los buses, por favor » (je veux aller au terminal des bus). Le mec me dit gentiment que c’est le bon bus. C’est parfait. Bon, on arrive au terminus et c’est le terminal des collectivo. Autrement, je me retrouve en plein centre de nulle part !!! Je lui demande où sont les guichets pour acheter mon billet pour Salta. Bah faut marcher : c’est à deux bornes d’ici. 4 blocs, puis à gauche, 3 blocs, puis à droite, ensuite, tu montes 2 blocs, tu tournes à gauche, tu fais 3 pas en arrière, deux en avant, bla bla bla. Bref, ça m’énerve, lol !!! Allez je vais tout droit et je demanderai en chemin. J’arrive au terminal voulu après avoir tchatché pas mal sur le chemin. C’était plutôt bien finalement !!! Et là, j’apprends que finalement, y a pas vraiment de bus direct pour Salta. Y a des correspondances dans tous les sens et c’est plus cher que si je prends un direct à 11 h le lendemain matin. Bon, bah, je vais rester une nuit de plus ici. Tant pis. Allez, je vais direct aux chutes, passer ma journée devant l’eau en furie. Là, je retombe sur Sebastian et Rocio avec qui je vais passer une bonne partie de la journée. Et quelle journée. Peut-être encore meilleure que la veille. En fait, les deux sites sont complémentaires, mais le côté argentin a plus de chemins et t’es plus proche des chutes. J’ai bien marché aujourd’hui et ce climat humide réveille mon genou. Allez, je rentre et cette fois, c’est sûr, je vais me coucher tôt. Là, j’ai changé de chambre entre temps (j’avais payé mon solde le matin en croyant ne pas avoir à revenir). Je suis dans un dortoir tout tranquille avec Florence une Suisse française toute tranquille. Le soir, je me fais pété mon steack de 350 g avec Itham, Kelly et Sarah, trois américains qu’ont tout lâché à Boston pour passer du bon temps en Argentine jusqu’à plus de sous. Cool ! Allez, un bisou à Nuño et Sarah qui repassent par là et je vais me coucher. Mais Allan et Roxie, les deux réceptionnistes de l’hôtel me proposent une petite téquila au bar cocktail à l’extérieur, aux frais de la princesse. Allez, on va se laisser aller. Après tout, le bus n’est qu’à 11 h demain matin.  Et voilà comment mettre la main dans l’engrenage !!! Pendant la téquila, je rencontre Jérémy, un français et Léone, un mexicain. Et Allan nous sort des places en boîte pour ce soir. Bon bah allez, c’est parti !!! Finalement, petite soirée en boîte à boire encore quelques bières et à danser sur de la musique, euh, ouais, de la musique si on veut !!! Bon, bien entourés quand même, un vrai régal. Les argentines sont vraiment magnifiques ! On va se coucher. Un taxi et on va pouvoir se coucher. Mais c’est sans compter qu’à l’hôtel, y a Jack, le pauvre américain qu’a pris un bon rateau dans mon dortoir la veille, qui tourne à la vodka avec le veilleur de nuit, Hector, l’énorme argentin. Hey guys, come on and drink a glass with us por favor. Le dernier alors? OK, faut que je sois mort toute façon parce que j’ai 23 heures de bus demain. Autant que je dorme un maximum dans le bus et pas maintenant !!! On a une capacité à se trouver des bonnes excuses dans ces moments-là, c’est assez impressionnant !!! Ensuite, c’est sûr, dodo !!!

 

P1020856 [1600x1200]

 

 

P1020861 [1600x1200]

 

 

P1020864 [1600x1200]

 Moment de calme, juste avant la tempête!!!

 

P1020878 [1600x1200]

 

 

P1020884 [1600x1200]

 

 

P1020888 [1600x1200]

Je l'aime bien celle-là parce que si une goutte a un tant soit peu un brin de vie en elle. Quand elle est là, c'est la panique totale. Plus moyen de faire demi-tour et c'est la descente aux enfers, une descente de 100 m et sans élastique!!! 

P1020895 [1600x1200]

 

 

P1020902 [1600x1200]

 

 

P1020908 [1600x1200]

 

 

Et voilà, après 23 heures de bus, dans lequel d’ailleurs, j’apprends qu’il y aurait peut des troubles en Bolivie en ce moment, (fais chier, je vais peut-être devoir encore changer tous mes plans !!!), je suis dorénavant à Salta. Cette région promet et je me propose d’y rester un minimum de deux semaines ou plus si affinités. Mais je vous raconte ça au prochain article !!!

Je vous laisse avec les quelques animaux que j’ai pus croiser ici, côté argentin comme brésilien !!!

 

P1020849 [1600x1200]

 

 

P1020865 [1600x1200]

 

 

P1020919 [1600x1200]

 Désolé mademoiselle, elle fait un peu voyeur celle-là!!! Mais bon, fais pas l'innocente non plus : tu vois bien que je te prends en photo!!! Et tu bouges pas non plus!!!

 

P1020901 [1600x1200]

 

 

P1020915 [1600x1200]

 

 

P1020824 [1600x1200]

 

 

P1020825 [1600x1200]

Le coati, petit carnivore du coin qui se nourrit essentiellement, euh, bah des restes de sandwiches et du contenu des poubelles du parc. Donc omnivore en fait!!! 

 

P1020869 [1600x1200]

 

Bueno, si leen mi amigos, amigas, hablando de Sarah, Nuño, Rocio y Sebastian, mucho gusto y aprovechan vuestro viaje. Tal vez hasta pronto en Portugal u España. Estoy en Salta para dos semanas. Creo que Sarah et Nuño tambien. Escriben mi y intento de verse en la ciudad. Ciao.

En petite friandise, pour le désert, y a un petit film des chutes. Bon, c’est de l’eau qui coule pendant 3 minutes, ça va peut-être vous donner envie de pisser, mais ça vaut le coup d’œil, juste pour se rendre compte du débit et de l’environnement. Faut juste cliquer ici.

A tout bientôt.

 

 

Partager cet article
Repost0
18 août 2010 3 18 /08 /août /2010 23:04

P1020747 [1600x1200]

  Je pourrais rester des heures, voire des jours ici, comme ça!!!

 

Hola Todos !!!

Dix mois déjà que j’ai quitté la France et je vais arroser ça en quittant les terres froides de la Patagonie !!! L’Argentine est un pays fabuleux, mes idées sont très claires à ce sujet dorénavant, après un petit mois passé ici. Malgré le froid, la neige, le vent qui te transperce les os, rien ne vient noircir le tableau !!! Les paysages sont absolument splendides et les gens sont adorables. Bref, tout ce qui me plaît ! je viens de passer une petite semaine entre El Calafate, un petit village aux portes du glacier Périto Moréno, et El Chalten, un peu plus au Nord, sur les contreforts de la Cordillère, une bourgade posée là, en spectateur devant les cerro Fitz Roy et Torré, deux magnifiques pics à escalader pour les plus endurcis !!! Tout ça est en Patagonie, côté frontière chilienne, enfin, côté cordillère quoi.

J’arrive donc à El Calafate avec des baleines plein la tête, mais le décor change complètement. Ici, c’est neige et montagnes. Et le village est plutôt calme. Faut dire qu’ici, c’est pas comme Bariloche, je veux dire qu’il n’y a pas de station de ski. Alors les mois d’hiver sont plutôt considérés comme hors saison, même si le Périto est visité toute l’année, ça ne draine pas une grosse concentration de touristes. Tout ce qui va bien donc pour trouver facilement de la place dans les hôtels et profiter d’un peu de calme. Je pose mes sacs dans un petit hôtel tenu par Mariano, notamment. Je suis tout seul dans mon dortoir, ça sent la grasse mat. Ca fait longtemps que je ne me suis pas permis ça !!! Première journée à rien faire, juste rien faire. Quelques repérages et préparations pour les jours suivants. Et le lendemain, c’est parti pour le Périto Moréno. Une bonne petite journée le regard cloué devant ce spectacle de glace. Spectacle son et lumière parce que quand les blocs de glace dégringolent, ça fait un boucan d’enfer !!! C’est un glacier qui avance d’environ 2 mètres par jour, donc tous les jours y a des blocs de plus de 10 mètres de haut qui se détachent et viennent plonger dans l’eau. Les photos ne rendent pas bien compte des dimensions, mais la hauteur du glacier fait quelque chose comme 60 mètres !!! Tout ça sous un ciel bleu qui contraste parfaitement avec le blanc du glacier. Juste extraordinaire !!!

 

P1020600 [1600x1200]

 

 

P1020620 [1600x1200]

 

 

P1020656 [1600x1200]

 

 

P1020694 [1600x1200]

 

 

P1020627 [1600x1200]

Attention, ça tombe!!! 

 

P1020631 [1600x1200]

 

 

P1020605 [1600x1200]

 

 

P1020640 [1600x1200]

 

 

P1020606 [1600x1200]

 

 

Le lendemain, direction El Chalten, un petit village plus au Nord. Là, à part deux bus de touristes par jour et peut-être mille habitants grand maximum, y a pas grande vie. En plus c’est le 15 août, donc tout est fermé. L’avantage, c’est que l’accès à tous les chemins de treks est gratuit, même si c’est un parc national. Le seul problème, c’est que la neige et la glace ont recouvert tous les chemins et du coup, tout n’est pas accessible. Mais c’est suffisant pour en prendre plein la vue. Et puis, l’accueil de Victoria et Augustino, à mon hôtel, et tout sourire. J’essaie encore un peu l’espagnol, mais j’ai du mal. J’ai d’autant plus de mal que je croise pas mal de trekkers qui parlent tous anglais. Alors forcément, mon cerveau se laisse aller à la facilité !!! Donc, ces trois jours vont être consacrés aux grands espaces, souvent enneigés. Je dois parfois même faire demi-tour afin la fin du trek, quand les nuages commencent à descendre et que la neige commence à tomber. Pas envie de me retrouver perdu en pleine nuit et dans le froid ici. Paraît qu’il y a quelques pumas qui trainent, je sais pas si ils aiment la viande congelée, mais je vais pas tenter l’expérience !!! Enfin, je prends conscience, encore une fois, de toute la dimension et de la beauté de la Patagonie. Contrée accessible à tous, pour pas trop cher !!! A faire, absolument. Merci à Victoria et Augustino. Bueno viaje amigos y aprovechan la vida !!! Gratias para las clases particulares!!!

P1020701 [1600x1200]

 

 

P1020711 [1600x1200]

Sorte de pic - rouge, enfin quelque chose comme ça!!! Pas sauvage la bestiole!!! 

 

P1020722 [1600x1200]

Le Fitz Roy 

 

P1020731 [1600x1200]

 

 

P1020744 [1600x1200]

 

 

P1020761 [1600x1200]

  Le cerro Torré

 

P1020771 [1600x1200]

  Faut vite se casser, là!!!

 

P1020776 [1600x1200]

Vous sentez le froid là!!! Je suis loin des plages polynésiennes!!!! Y pas de doutes! 

 

P1020779 [1600x1200]

 

 

P1020785 [1600x1200]

 

 

P1020788 [1600x1200]

 

 

P1020799 [1600x1200]

 

 

P1020806 [1600x1200]

 

 

P1020807 [1600x1200]

 

Voilà, le froid, c’est fini, demain, je m’envole vers les chutes d’Iguazu, à la frontière brésilienne. Retour vers des climats plus tropicaux, chauds et moites, retour vers mes amigos, los bastardos mosquitos !!! Je quitte la formidable Patagonie, un peu triste de ne pas pouvoir y rester plus longtemps. Mais bon, il fait froid. Peut-être un jour je reviendrai ici, mais dans ce cas, je le ferai plutôt entre les mois de novembre et février, quelque chose comme ça !!! Mais la Cordillère des Andes, c’est pas fini : je reviens là mi-novembre, côté chilien !!! By the way, thanks for this good time Con, enjoy the road and maybe see ya in Ireland for drinking real beers !!!

Je vous laisse avec les petits films en compagnie des baleines franches et des otaries, restes de tranches de vie sur la Péninsule Valdès. Que du bonheur, pour moi en tout cas !!!

 

Hasta luego !

 

Partager cet article
Repost0
13 août 2010 5 13 /08 /août /2010 14:47

P1020578 [1600x1200]

 

 

Hola amigos !!!

Como estais ? Parce que pour moi, ça va, mais ça va vraiment fort. J’ai une pêche olympique !!! C’est sûrement l’Argentine qui me fait ça. Bon, faut dire que je viens de passer une petite semaine dans un lieu magique . Et j’ai pas été déçu, mais alors pas du tout !!! Ce que j’ai vécu ici m’apparaît comme un accomplissement, un rêve réalisé, à la limite de tout ce que je pouvais espérer. Boom dans ma tête, mais je vais pas m’enflammer maintenant, ça arrive dans les lignes qui suivent… Enfin, la photo d’introduction est lourde de sens, non ? Puerto Madryn et la péninsule Valdès m’ont propulsé dans un autre monde : un monde animalier très particulier, très cher à mes envies !!!

J’arrive à Puerto Madryn après une nuit de bus depuis Bariloche où j’avais déjà passé des moments fabuleux !!! Mais Puerto Madryn était une destination phare de l’Argentine, voire de tout le trip pour moi. Bon, je prends mes quartiers dans un petit hôtel super sympa, super accueillant, El Gualicho. Nickel !!! Dès le lendemain, location de vélo pour faire les deux sites de proximité de la ville : Punta Loma pour voir les lions de mer et la Dordillera pour mater les baleines. En tout, ça fait quelques chose comme 70 km, ça paraît simple sur une journée de 10 h, surtout que les vélos qu’ils proposent à l’hôtel ont l’air d’être des VTT en bon état et pas trop lourds. Le gérant me dit : « t’es sûr que tu veux tout faire dans la journée parce que généralement, les gens ne font qu’un site par jour !!! » Vas-y, fais péter le vélo : 70 km dans la journée, quand même. Sauf que c’est un chemin de sable avec quelques lignes droites en faux plat montant sous un vent de face de débile. J’insulte Eole tout le long de la route, j’ai les roues qui s’enfoncent jusqu’à la jante, la galère. C’est tout tranquille ici, y a des chevaux sauvages qui s’approchent de moi à chaque fois que je m’arrête. Et depuis tout petit, je sais pas pourquoi, mais je me méfie des chevaux, j’arrive pas bien à les comprendre eux ! Bon, là, je laisse faire. Ils sont tout paisibles, ils viennent se faire caresser dans l’espoir peut-être que je leur donne à manger. Mais j’ai rien, désolé. Petit moment tranquillou de réconciliation avec eux ! Allez, je trace, faut que j’aille payer mon entrée au parc pour voir les lions de mer ! Bon, j’arrive devant les lions de mer, en fait, ce sont des otaries à crinière, exactement les mêmes qu’en Namibie (juste pour dire qu’on n’a pas vu de phoques en Namibie, mais bien des otaries à crinières !!! A rectifier, donc !). Là, je suis tout seul et c’est le panard complet. Ca va durer 5 minutes parce que dans la foulée, y a deux voitures qui se pointent, des fainéasses de français qu’ont pris un taxi, vérole !!! Pis ça fait du bruit le touriste français, garanti !!! Bon, je fais quelques photos et je reprends la route, parce que je suis pas en avance moi dis donc !!! Sauf que sur la route, le vent a changé de direction et je me le reprends en pleine face, le chacal. Même dans les descentes, il faut que je pédale. Je commence à douter de mes capacités de tout faire dans la journée. Surtout que sur la route, y a des plages désertes de 2 à 3 km où les baleines viennent nager à moins de 50 m du bord. C’est l’occasion pour moi de prendre un premier contact avec ces animaux énormes. Ce sont des baleines franches australes avec des verrues blanches sur la gueule qui mesurent jusque 18 m et peuvent peser jusque 50 t !!! Autant dire que c’est impressionnant et j’ai déjà envie de me foutre à poil et de me mettre à l’eau avec elles. Mais bon, l’eau est à quoi, 10, 12 °C peut-être. Impossible pour l’instant et puis la taille de l’animal reste une énigme plutôt dissuasive jusque là !!! Bon, je rentre finalement à l’hôtel après 3 h 30 de ballade, je mange et je fais une sieste, j’en peux plus. Mais, hors de question d’abandonner ici : je vais jusqu’au bout et c’est parti pour le deuxième site. Même genre de chemin, même vent, sauf qu’il y a trente mille chemins et que je me paume en pleine pampa à me faire parfois courser par les clébards. Je déclare forfait. Je trouve un spot sur la côte et je me pose là une petite heure à regarder les baleines jumper, souffler avant de repartir vers l’hôtel tranquillement !!! Il avait raison Francesco !!! La preuve par l’exemple !!!  De retour à Madryn, il fait quasiment nuit, je rends le vélo et pars direct à la recherche d’un centre de plongée parce que j’ai pas fait le déplacement pour rien !!! Je suis là pour mettre la tête dans l’eau avec les baleines, tout le monde a compris !!! Bon, ici, rien de concluant, c’est interdit, je peux perdre ma licence, bla bla bla !!! Ah OK, c’est interdit. Et les 20 bateaux qui partent tous les jours pour croiser les bestioles à moins d’un mètre, c’est autorisé ça ? Ouais !!! Ah bon ! Bon, je sors pas complètement bredouille du centre : j’ai une adresse un peu plus discrète où y aurait une ouverture moyennant finance, bien sûr !!! Tout se paie dans ce bas monde !!! Sauf que c’est sans compter le vieux rhume qui va me clouer au lit pour deux jours avec 39 ° de fièvre. C’est clair que je peux pas plonger dans cet état. Alors, je prends mon mal en patience et tous les jours je m’accorde une petite marche peinard sur le ponton de la ville où je vais rester au moins deux à trois jours pour voir le spectacle « baleinal ». C’est tout en sauts, en souffle, en ballets de queues et de nageoires, enfin, c’est magique quoi !!! Et ça commence à m’exciter sérieusement !!!

 

 

P1020407 [1600x1200]

 

 

P1020418 [1600x1200]

 

 

 

P1020432 [1600x1200]

 

 

P1020434 [1600x1200]

 

 

P1020441 [1600x1200]

 

 

P1020589 [1600x1200]

 

 

P1020591 [1600x1200]

 

 

P1020451 [1600x1200]

 

 

P1020460 [1600x1200]

 

 

P1020466 [1600x1200]

A Madryn, les arbres morts sont sculptés. C'est sympa, non? Une bonne idée pour les gestionnaires d'espaces municipaux, non? 

 

P1020470 [1600x1200]

 

 

P1020491 [1600x1200]

 

 

P1020492 [1600x1200]

 

 

 

 

 

P1020585 [1600x1200]

 

 

 

 

 

 

 

 

P1020588 [1600x1200]

 

 

Quand la forme revient, je me décide à partir pour la péninsule Valdès. Là, c’est plus tranquille : y a que 200 habitants dans le village de Puerto Pyramides et quelques clubs de plongée aussi !!! Bon, je suis un peu dégoûté quand j’arrive là-bas parce qu’il n’y a aucune agence de location de voitures. Que des vélos. La péninsule, faut savoir que c’est au minimum 200 km de routes, enfin de chemins. Tant pis, je vais faire un peu la côte à pied. Toutes façons, ici, tout se ressemble. C’est une côte de falaises entourant un milieu de steppes, voire désertiques. Les points de vue du haut des dunes sont à couper le souffle surtout que dans les différentes baies,  à moins de 50 m de la côte, tu peux encore observer les baleines dans tous les sens. Valdès est la zone de reproduction et d’allaitement des petits baleineaux. Quand je dis petits, je pense qu’ils font déjà bien 2 tonnes à la naissance et ils s’enfilent à peu près 150 litres de lait par jour !!!. Bon, je vais pas donner les détails pour la plongée, enfin, pour le snorkelling, mais rendez-vous est pris pour le lendemain et j’ai l’adrénaline qui commence à me monter au cerveau !!!  J’ai posé mes affaires dans une pension familiale un peu cradoc, mais très sympa et pas chère (va falloir que j’économise, maintenant !!!). Donc, le soir, après cette ballade et la mise au point définitive pour les baleines, je mange un bon asado de jeune mouton avec des bons vrais patagoniens. Tout en espagnol. Ca vient, ça vient !!! Trop bon. J’ai un peu peur : y a pas d’assiettes, c’est tout avec les mains et la salade de pommes de terre est servie dans un saladier avec une cuillère pour tout le monde, la même !!! Putain, je fais gaffe : hors de question d’être malade pour demain !!! Mais bon, un grand merci à Mabel et Umberto pour leur accueil, c’était bien roots, mais c’était super bon !!! Et puis, il me faut un peu de bière pour m’endormir, parce que je n’arrête pas de penser à demain !!!

 

 

P1020498 [1600x1200]

 

 

P1020499 [1600x1200]

 

 

P1020500 [1600x1200]

 

 

P1020501 [1600x1200]

 

 

P1020530 [1600x1200]

 

 

P1020535 [1600x1200]

 

 

P1020552 [1600x1200]

 

 

P1020518 [1600x1200]

 

 

P1020525 [1600x1200]

 

 

P1020547 [1600x1200]

 

 

P1020581 [1600x1200]

 

 

P1020582 [1600x1200]

 

 

Ca y est, il fait jour, c’est le grand jour !!! 11 h 30, rendez-vous. La combinaison intégrale est sur mon dos, j’embraque avec Sandra, Séb et leurs deux petites louloutes Maela et Laila !!! (j’écorche pas trop ???). On va commencer par spotter quelques baleines qui sautent ou qui flemmardent à droite à gauche. Et puis, c’est le moment. C’est MAINTENANT ! Allez, tous à l’eau, la première baleine nous attend. On s’approche, 10 m, 5 m, 2 m. STOP !!! Elle ne bouge pas. Elle est énorme, je flippe à mort. Si elle bouge, qu’est ce qui se passe ? Et elle finit par bouger !!! Mais, c’est pour se casser !!! Bon, on remonte sur le bateau ! Ca promet, c’est juste incroyable d’être là, seuls au monde, loin de toute vie humaine, juste entourés de bestioles de 30 à 50 tonnes. Allez, on passe à la suivante. Et c’est une jeune baleine. Un peu plus petite mais qui paraît vouloir jouer. Autrement dit, c’est plus risqué parce qu’elle tourne autour de nous et on voit sa queue nous passer à moins d’1 mètre ! La vache, quand ça pousse ça, tu te sens tout petit. Dans le remous, derrière, tu sembles être un peu comme une feuille OCB en plein vent !!! Quelque chose comme ça !!! Bon, allez, on sort de là, elle commence à s’exciter un peu !!! Et puis, moi, je prends confiance et je commence à me faire rappeler à l’ordre en espagnol parce que je suis trop prêt. OK, pardon !!! Désolé, mais j’ai envie quoi, de voir quoi !!! Bon, on retourne sur le bateau. Un dernier essai ? Bah tu m’étonnes !!! Cette fois, c’est un beau bestiau et elle a l’air plutôt calme !!! On se met à l’eau. Et là, ô surprise, en fait, elles sont deux !!! Et elles vont se laisser tranquillement mater pendant près de vingt minutes. L’apothéose !!! J’en reviens encore pas. Enfin, disons que c’est juste maintenant, soit 3 jours après que je prends conscience de l’ampleur de la situation !!! Merci la vie et merci à mon père et à ma mère de me l’avoir donnée !!! Prochainement, je mettrai le petit film en ligne pour que tout le monde profite du spectacle. Ce serait salaud de garder tout ça pour moi !!! Après ça, puisqu’on n’allait pas s’arrêter là-dessus, on a fini par aller nager avec les otaries. Toutes joueuses. On est resté une petite heure avec elles malgré l’eau gelée. C’est une expérience unique en son genre mais j’ai plus de mots pour raconter tout ça. Y a un film aussi là-dessus mais j’ai pas eu le temps de tout assembler. En tout cas, je peux vous dire que c’est du haut niveau de vécu. Je suis pas prêt d’oublier ça. Et j’ai pas besoin du film pour garder toutes ces images au fond de mon cerveau !!! Et merci à Séb et Sandra d’avoir partager ça avec moi !!! Je pense que vous êtes aussi en train de réaliser la chance que vous avez eus, tout comme moi, d’être montés à bord de ce bateau !!! Bon voyage à vous !!! La vie est belle, non ?

 

P1020580 [1600x1200]

 

 

P1020561 [1600x1200]

 

 

P1020584 [1600x1200]

 

 

 

 

 

 

P1020586 [1600x1200]

 

 

P1020587 [1600x1200]

 

 

Salut à tout le monde. A tout bientôt.

 

 

Partager cet article
Repost0
7 août 2010 6 07 /08 /août /2010 17:59

 

P1020221 [1600x1200]

 

 

Hola todos,

Encore quatre formidables journées dans ma vie, dans cette station de ski de Bariloche. Bien sûr, le ski, avec mon genou de papy, j’oublie. Mais des décors somptueux à chaque angle de vue !!! C’est l’hiver ici et la saison bat son plein. Des touristes, skieurs à l’occasion, emplissent les rues du centre et notamment des brésiliens, d’où le nom officieux de cette ville : Braziloche !!!

Bref, je m’installe dans un hôtel un peu excentré et pars direct vers le Cerro Campanario d’où je vais pouvoir me faire les yeux sur toute la vallée et les lacs qui arrosent la région. Ca va, le chemin est déneigé, je monterai à pied et redescenderai par le télésiège !!! C’est une petite heure de marche et la vue en vaut le détour. Je vous laisse regarder les photos, elles parlent d’elles-mêmes. De retour en ville, je rentre à pied, en longeant le lac Nahuel Haupi. No comment ! Wouah, ce pays est simplement fabuleux. Parfaite petite journée pour se mettre en jambes. Je trouve deux brésiliens pour louer une voiture ensemble le lendemain et faire la ruta de los siete lagos (la route des sept lacs, highlight du coin !!!). Seulement, quand je me renseigne auprès de l’office du tourisme, ils me disent qu’un 4x4 est requis et le prix de la location à la journée est exorbitant. Allez, tant pis, ça faisait longtemps. Je vais prendre un trip organisé à la journée !!!

 

P1020209 [1600x1200]

 

 

P1020210 [1600x1200]

 

 

P1020215 [1600x1200]

 

 

P1020230 [1600x1200]

 

 

P1020240 [1600x1200]

 

 

P1020246 [1600x1200]

 

 

P1020247 [1600x1200]

 

Le lendemain, donc, c’est parti pour 400 km de routes sinueuses dans la forêt du parc national Nahuel Haupi. Je vais passer ma journée avec Johanna et Marlucia, deux brésiliennes très sympas, médecins à Rio. Toutes ces discussions franglespagnoles confirment mon idée de peut-être passer par le Brésil pour la suite du périple. Deux contacts à Sao Paulo, deux contacts à Rio, ça pourrait être des bons pieds à terre !!! Bon, je vais pas m’enflammer tout de suite !!! Pareil, pour cette route, je vous laisse mater les photos, je sais plus trop quoi dire, sauf que je gobe les mouches dans le van et que l’appareil photo chauffe à chaque arrêt. Pour couronner le tout, y a des chocolateries dans tous les sens ici !!! Tous les argentins qui font partie du voyage ont leur thermos et leur sac de maté. Du coup, on se réchauffe à ça pendant le voyage. Je commence à y prendre goût. Je vais peut-être faire une petite place dans mon sac pour la tasse, la paille-filtre et le thermos !!! Le soir, de retour à l’hôtel, je vais la connaissance de Diego, un argentin un peu SDF. Il a choisi l’hôtel ce soir parce que ça fait trois jours qu’il crapahute dans la montagne avec son snow et ses sacs sur le dos !!! Ensuite, direction le pub irlandais du coin pour rejoindre Johanna et Marlucia et boire quelques bières ensemble, de la Guilmès, s'il vous plaît!!!

 

P1020248 [1600x1200]

  Vous sentez le petit froid matinal, là???

 

P1020252 [1600x1200]

 

 

P1020259 [1600x1200]

 

 

P1020260 [1600x1200]

 

 

P1020272 [1600x1200]

 

 

P1020277 [1600x1200]

  Johanna

 

P1020278 [1600x1200]

Marlucia 

 

P1020279 [1600x1200]

  Lui, je connais pas son nom!!!

 

P1020296 [1600x1200]

 

 

P1020303 [1600x1200]

 

 

P1020313 [1600x1200]

 

 

P1020332 [1600x1200]

 

 

P1020333 [1600x1200]

 

Le troisième jour, je prends le bus urbain en direction du parc Llao Llao. Là, je trouve Maxi, un argentin avec qui je vais passer la journée à tchatcher en espagnol (putain, ça vient, mais c’est dur. Surtout, dès qu’il sent que j’accroche à la discussion, il accélère le rythme et ajoute quelques mots bien locaux auxquels je ne comprends rien !!!). Bonne petite journée entre les arbres de la forêt et les pontons qui donnent sur les lacs. Y a de l’eau partout ici. Le soir, dodo après avoir fait connaissance de mes nouveaux collocs anglais, Erin et Lee !!! Même tour que moi en Amérique du Sud, sauf qu’ils l’auront bouclé dans moins de 15 jours maintenant !!! Apparemment, les régions dans lesquelles je vais après sont toutes plus belles les unes que les autres !!! J’ai plus hâte !!! J’ai juste envie de profiter de chaque instant. Chaque pas dans cette ville est une bouffée d’oxygène. Tout est beau, magnifique !!! Je resterai bien plus longtemps ici, mais je crois que j’ai fait un peu le tour, alors je prends mon billet de bus pour le lendemain, direction la péninsule Valdès, encore un rêve. Je me souviens encore être à Saint Baudille devant mon ordi et baver devant ce que pouvait me proposer cette péninsule. Mais c’est pour plus tard !!!

 

P1020346 [1600x1200]

 

 

P1020347 [1600x1200]

 

 

P1020352 [1600x1200]

Pour toi Yoann!!! Les golfeurs, ici, passent plus de temps la tête en l'air qu'à viser le trou!!! Et je les comprends!!! 

 

P1020358 [1600x1200]

 

 

P1020359 [1600x1200]

 

 

P1020368 [1600x1200]

 

 

P1020371 [1600x1200]

 

 

P1020373 [1600x1200]

  Maxi

 

P1020376 [1600x1200]

 

La dernière journée à Bariloche se résume à résoudre un petit problème de retrait bancaire et à envisager la fin du voyage en Amérique du Sud avec le lonely « South America on a shoestring ». C’est définitif maintenant. J’annule l’Amérique Centrale. Deux solutions : Argentine, Brésil, Bolivie, Pérou, Equateur, rePérou, re Bolivie, re Argentine et Chili ou juste Argentine, Bolivie, Pérou, Equateur, re Pérou et Chili. Le seul truc qui fait chier, c’est que la plongée, bah, c’est fini, snif !!! Bon, il me reste un petit budget côté plongée ! Alors, je pense que je vais me lâcher à Valdès même si l’eau sera à 10 °, pas plus et puis, je vais sérieusement envisager les GALAPAGOS !!! Ca pourrait le faire, non ?

Et puis, je découvre aussi un peu de musique et notamment, Bébé, un chanteuse espagnole qui me remplit la tête de "Me fui" sur son album "Y.", très bon!!!

Sur ce, je vous laisse. J’écris cet article de mon hôtel de Puerto Madryn et je peux vous dire que Valdès tient toutes ses promesses.

Acuidate amigos.

 

Partager cet article
Repost0
4 août 2010 3 04 /08 /août /2010 20:19

P1020146 [1600x1200]

Hola ! Quetal ?

Voilà, je viens de passer trois jours à Mendoza, une ville sur les contreforts de la cordillère des Andes. Superbes moments ici à la casa pueblo !!!  Je suis arrivé assez fatigué malgré le bus cama suite, mais j’ai vite fait la connaissance de Cynthia et Valentina, deux étudiantes chiliennes avec qui j’ai fait le tour de la ville pour organiser mon séjour ici, à base de syndicat d’initiative, de repérage de parcs dans la ville et de visite de la place principale. On a fini au musée municipal des beaux arts : 15 tableaux à tout casser, que des artistes chiliens et deux ou trois œuvres contemporaines sur la médiatisation, si j’ai bien compris !!!

Le lendemain, lever 5 h, j’ai mon bus à 6 h, direction le parc national de l’Aconcagua, un sommet de 6900 m. J’ai 5 heures de bus que je passe à m’essayer à l’espagnol avec un garde frontalier, mon voisin de siège. Pas facile !!! Il fait froid, y a de la neige, y a du soleil, je voyage, il est militaire et las argentinas chicas son calientes. OK !!! Bon, ça va pas tenir 5 h. Je ferme les yeux et je m’endors. Toute façon, il fait nuit jusque 8 h 30 ici. J’arrive à Puente del Inca pour trouver l’office du tourisme local, mais il est fermé. Alors, je repique un sprint vers le bus qui n’est pas encore parti et je demande, tant bien que mal, au chauffeur de me laisser à l’entrée du parc national, j’aviserai là-bas : j’ai de l’eau, à manger et quelques fringues chaudes, ça devrait le faire !!! Mais y a personne là-bas, juste deux trois panneaux qui disent que la maison de garde est fermée aussi. Allez, tant pis, c’est parti à marcher dans la neige. Il est 11 h et j’ai jusque 16 h30 pour me taper 20 km dans la neige pour rejoindre l’arrêt de bus à Las Cuevas, à la frontière chilienne. Il fait vraiment froid, y a du vent et j’ai parfois de la neige jusqu’aux cuisses, mais le paysage est fabuleux. Y a un soleil de plomb, du coup, froid sous la ceinture et chaud à la face !!! Je trouve finalement un panneau qui m’indique une boucle de randonnée vers un mirador pour un point de vue sur l’Aconcagua, sauf que le chemin est fermé pour risques d’avalanches. Chiotte !!! Bon, qu’est ce que je fais ? Je viens de me taper 5 heures de bus et 2 km jusque là !!! Je dois faire demi tour ? Je suis au cœur d’une vallée entre deux massifs bien chargés de neige, mais au centre de cette vallée y a une espèce de butte. Bon je vais pas respecter le chemin de rando, toute façon il est sous la neige, mais je vais marcher sur la crète, j’ai l’impression qu’ici je ne suis pas trop exposé aux avalanches !!! Et puis merde, pas question de faire demi-tour maintenant. Je suis tout seul ici, c’est le paradis, des champs de neige à perte de vue et au loin le fameux massif de l’Aconcagua. Je prends mon pied. Après une bonne heure et demie de marche, il est temps de faire demi-tour vers la route. L’arrêt de bus est encore loin. Une fois sur la route, il me reste 12 km pour rejoindre Las Cuevas. Le vent se met à souffler et je sens que je pourrais pas marcher tout ça. Alors, je lève le pousse et au bout d’une demi heure, Hugo, un camionneur s’arrête et m’emmène jusqu’à l’arrêt de bus. Cool, il parle un peu anglais. Du coup, on arrive à se parler en anglespagnol. Après un bon mate et une bonne heure de route (à cause de la régulation du trafic pour le tunnel), me voici à Las Cuevas en temps et en heure pour un retour sur Mendoza. Sur le retour, contrairement à ce matin, il fait jour et beau. ET le spectacle est fabuleux. J’ai la même sensation que dans le camion en Namibie. Des paysages qui se succèdent tous plus jolis les uns que les autres. A chaque virage une vue nouvelle, sensationnelle. Aucun chemin à l’horizon pour prévoir une autre sortie demain ou après-demain. Pas grave, je garde ça pour mon cerveau !!! Le soir, je suis seul à la pension, mais y a Claudia, la proprio avec qui on refait le monde pendant quelques heures, tout en anglais, s’il vous plaît. Excellente soirée devant la cheminée !

 

P1020117 [1600x1200]

 

P1020133 [1600x1200]

 

P1020134 [1600x1200]

 Ca, c'est l'Aconcagua!!!

P1020143 [1600x1200]

P1020150 [1600x1200]

 

P1020156 [1600x1200]

 

P1020166 [1600x1200] 

Le lendemain, juste une ballade en ville dans l’énorme parc arrosé d’un joli lac et entouré au loin de la cordillère. Un mélange de vert, de blanc, de bleu. Cool ! Je me pose dans l’herbe et je m’endors. Mendoza est une chouette ville et ses habitants sont tous souriants. J’adore l’espagnol, enfin, j’adore l’écouter pour l’instant !!! Le soir je retrouve des français et un couple de suisses allemands qui me parlent de mes prochaines étapes argentines. J’ai de quoi faire, ce pays regorge de sites merveilleux tant pour la faune que pour les paysages. ET je ne me fais pas de souci pour la population. Je suis un latin, c’est sûr et je me sens vraiment bien ici, de la musique latine dans les oreilles !!! Ca le fait ! Le soir, je trouve Luiz et Gabriel, deux brésiliens, dans mon dortoir. Ils veulent sortir ce soir et je vais aller avec eux. Seulement, à 23 heures, ils se couchent et mettent leur réveil à 1 h 30 !!! Sont fous ces brésiliens. Moi, je m’endors et y aura pas moyen de me réveiller. Je les ai pas revus !!!

 

P1020110 [1600x1200]

 

P1020169 [1600x1200] 

Le lendemain, puisque je suis dans la région argentine du pinard, c’est parti pour une journée en vélo à parcourir les champs de vigne et surtout les caves. Sur la route, je croise Lina et Romania, deux suisses et Ilia, un américain de Santa Barbara (ça m’a fait rire ça) !!!On va passer la journée ensemble à boire du vin (plus ou moins bon), à goûter au chocolat, à la tapenade et au Duche de Leche spécial (un espèce de crème au lait caramélisé, trop bon : une sorte de pâte à tartiner comme le Nutella !!!). On finit à la liqueur et notamment à l’absynthe, 75 °. Coup de bambou sur la tête. Ca va, j’ai 10 km à faire en vélo avant de reprendre le bus pour Bariloche. Je fais ça en sprint pour éliminer un peu. Excellente journée.

 

P1020197 [1600x1200]

 

P1020194 [1600x1200]

 

P1020184 [1600x1200]

 

P1020171 [1600x1200]

 

P1020180 [1600x1200] 

Dans l’ensemble, Mendoza est une étape vraiment agréable et tout ce que je vois de l’Argentine, ça cartonne!!! Pourtant, c’est pas encore les spots clé de ce que je voulais voir. Ca promet. Ca promet tellement que je pense peut-être prolonger mon séjour ici au-delà des 6 semaines. Et peut-être même prolonger mon séjour dans l’Amérique du Sud et ne plus aller en Amérique Centrale. Je sais déjà le prix pour modifier mon trajet et c’est loin d’être exorbitant !!! Du coup, ça me ferait 5 mois rien que pour l’Amérique du Sud, peut-être pour ajouter l’Equateur, le Chili et un petit bout du Brésil à ce voyage. Et tant pis pour le Costa Rica, le Mexique, le Guatemala et le Bélize. Peux pas tout faire et j’en ai marre de prendre l’avion. Et puis tous les sud-américains que je rencontre ici (chilien(nes), brésilien(nes)) sont adorables. Enfin, je dis ça après avoir passé 4 jours extraordinaires à Bariloche (mais ça, ce sera pour le prochain article). Alors je me laisse encore une ou deux semaines de réflexion pour le changement de programme. Mais ça me trotte !!!

Bisous à tous.

Acuidate y hasta luego

 

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2010 4 29 /07 /juillet /2010 23:28

P1020079 [1600x1200]

 

Hola todos !!!

Premier séjour en Argentine, à Buenos Aires. J’ai prévu de rester ici 3 jours ! J’arrive à l’aéroport de Buenos Aires complètement mort d’un voyage qui n’en finissait plus (4 h d’avion de l’île de Pâques jusqu’à Santiago + 1 nuit bien fraîche dans l’aéroport de Santiago (17 h 30 jusqu’à 9 h le lendemain) + encore 3 h d’avion jusque Buenos Aires). J’aurais dû prendre le bus mais j’avais pas la force de me renseigner. Alors, je prends un taxi. Bon c’est cher, mais tant pis, je vais arriver direct dans mon lit. Devant la porte de l’hôtel, le chauffeur, Anckel, me fait un tour de magie. Je lui dois 150 pesos mais j’ai que des billets de 100. Je lui en donne deux et j’attends ma monnaie. Sauf qu’à la place des deux billets de 100, dans sa main, maintenant y a un billet de 100 et un billet de 10, du coup lui aussi il attend le complément. Bref, je dois discuter 20 minutes dans le taxi pour récupérer ma monnaie sachant que ce billet de 10, je ne pouvais pas l’avoir dans ma poche puisque je venais juste de retirer de l’argent au distributeur de l’aéroport. Mais pas facile de lui faire comprendre avec mon espagnol plus que rudimentaire !!! Ca commence avec les petites arnaques de bas étages. Le salaud, il a vu que j’étais crevé et il a essayé d’en profiter. C’est de bonne guerre !!! C’était juste pour la petite histoire et pour ceux qui veulent profiter du retour d’expérience : ça doit être une pratique courante ici, méfiez-vous !!!

 

P1020062 [1600x1200]

Art contemporain dans l'aéroport de Santiago : je peux récupérer ma valise, por favor, c'est la bleue au milieu, là!!! 

 

Je trouve ici une ville plus qu’accueillante. Du sourire et des chansons dans toutes les bouches. Je vais passer mes trois jours à faire du shopping pour affronter le froid hivernal de la cordillère des Andes dans laquelle je m’apprête à débarquer sous peu. J’en profite pour traîner et me perdre, mais comme y faut, dans les rues de Buenos Aires. Ca va, c’est plutôt agréable entre les rues piétonnes commerciales et l’architecture de certains bâtiments, dans le style un peu Haussmanien. Je me croirais parfois à Lyon ou à Paris, mis à part quelques palmiers et la signalisation en espagnol. Quelques groupes de musique viennent enjouer la rue sur des airs de salsa ou quoi.

 P1020071 [1600x1200]

 

P1020081 [1600x1200]

P1020083 [1600x1200]

Le soir, empenadas ou gnocchis accompagnées de bière Guilmes ou de vino tinto de Mendoza. Ca roule. A l’hôtel, (Portal del Sur : excellent !!!), y a que des brésiliens ou des français. A deux québecoises et deux américains près !!! Les soirées sont sympas même si je reste plutôt calme. Bonjour à Claudie au passage, si tu me lis !!! Bon retour au Québec et bon courage pour ton année !!! Bien discuté avec Andrew aussi, un américain-navigateur !!! Ca me chauffe cette histoire de voilier, mais vraiment !!! Sinon, quelques bonnes discussions avec Guido, le réceptionniste qui me file de la bonne zic, un peu de ska, ça va me réveiller un peu en échange d’un peu de Massilia, Spook, la Ruda et autres Ogres…

Le reste du séjour, visite de la Récoleta, puisque c’est un passage obligatoire. Bon, c’est un immense cimetière où toutes les personnalités argentines sont enterrées dans des tombeaux tous plus gigantesques (et parfois magnifiques) les uns que les autres. Bon, moi, je connais aucun des noms inscrits sur les plaques, en plus il fait gris et il pleut et c’est dimanche. Wouah, journée un peu glauque pour visiter un cimetière !!! D'ailleurs, j'ai même pas pris de photos!!!

Le dernier jour, on se sauve avec Claudie pour voir le fameux quartier de la Bocca. Quartier haut en couleurs mais vraiment très touristiques. On a bien essayé de s’écarter un peu des sentiers battus, mais après 3 ou 4 rues, y a plus que des bâtiments gris et on rentre un peu dans les coins type favellas. Bon, on va pas aller là-dedans, ça sert à rien. Donc, on profite un peu des spectacles de tango en terrasse et on se rentre. Juste le temps de boucler mes sacs pour partir le lendemain vers Mendoza et le froid en bus Cama Suite (siège-lit avec bouffe et alcool à volonté, bah j’ai bien dormi moi !!!).

P1020088 [1600x1200]

 

P1020089 [1600x1200]

P1020091 [1600x1200] Finish de tango à la Bocca : ouh lala!!! Calientes Chicas!!!

P1020093 [1600x1200]

 

 

P1020099 [1600x1200] 

 P1020107 [1600x1200]

 14 heures comme ça, ça se passe plutôt bien!!!

Allez, je vous raconte Mendoza au prochain article.

Hasta Luego

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0